Accélération de la mutation : structurelle de l’économie nationale

Accélération de la mutation : structurelle de l’économie nationale

Le renforcement du rôle des régions et collectivités territoriales dans le soutien à l’emploi donnera une dynamique plus forte à la stratégie que le gouvernement compte mettre en œuvre dans ce domaine. Cette dynamique englobera la réalisation ‘un équilibre dans le développement des régions à travers le lancement des plans de développement régionaux, la mise en œuvre des outils de distributions des importantes ressources financières qui seront transférées aux régions et atteindront 10 milliards de dirhams à l’horizon 2021, et ce en plus de faire du modèle de développement des provinces du Sud un exemple pour la mise à niveau et le développement des autres régions du Maroc. La mise en oeuvre du programme de réduction des disparités sociales et spatiales dans le monde rural et régions éloignées et enclavées et qui bénéficiera d’une enveloppe de 50 milliards de dirhams constituera un départ pour asseoir et renforcer la convergence et la complémentarité des politiques sociales dans la continuité de l’Initiative nationale de développement humain. L’une des priorité est la mise en place d’une base de données unifiée qui permettra l’observation des catégories pauvres et vulnérables en vue de leur ciblage avec plus d’équité et d’efficacité. Le projet de loi de finances constitue le cadre de mise en oeuvre des engagements du gouvernement en considération du fait qu’il est l’un des instruments essentiels structurants de l’action gouvernementale et un outil financier et juridique accompagnant les réformes adoptées dans tous les domaines. Le ministre a précisé que la plupart des dispositions du projet de loi de finances 2017 sont en cours d’exécution au moyen de décrets pris à cet effet, en attendant la préparation et la présentation le projet de loi de finances 2018 qui sera le départ effectif de mise en oeuvre du programme du gouvernement. Le projet de loi de finances 2017 s’articule autour de quatre axes essentiels 1 – Accélération de la mutation structurelle de l’économie nationale à travers la focalisation sur l’industrialisation et l’export 2- Renforcement de la compétitivité de l’économie nationale et promotion de l’investissement privé 3 – Qualification du capital humain 4 Renforcement des outils de gouvernance institutionnelle Le projet de loi de finances se réfère aux hypothèses retenues lors de sa préparation l’année dernière : - Réalisation d’une croissance du PIB de 4,5% - Réduction du déficit budgétaire à 3% du PIB Maitrise de l’inflation dans la limite de 1,7%. Eu égard aux évolutions ee la conjoncture nationale et internationale constatées depuis la ^préparation de ce projet de loi de finances, il est attendu que ces hypothèses soient révisées au milieu de l’année en cours et, en particulier, le taux de croissance qui, selon toutes les prévisions pourrait être revu à la hausse. Les principales mesures contenue dans ce projet de loi de finances sont comme suit : - Consolidation de la dynamique de l’investissement public à travers une enveloppe de 190 milliards de dirhams, en vue de la poursuite de la réalisation des grands chantiers d’infrastructure et la dynamisation des stratégies sectorielles - Renforcement de l’investissement privé à travers : - le dynamisation du programme de réforme de l’investissement dont les grandes lignes ont été présentées à Sa Majesté le Roi, et en particulier en ce qui concerne la restructuration des instance en charge de la promotion de l’investissement et la prise de mesures d’encouragement pour soutenir les investisseurs et les entreprises expotratrices et ce en : . permettant aux entreprises industrielles nouvellement crées de bénéficier d’une exonération total de l’impôt sur les sociétés durant cinq années .élargissant le champ des privilèges accordés aux exportateurs pour qu’il intègre les entreprises qui exportent indirectement - Poursuite de la modernisation du secteur financier à travers la diversification des instruments et des marchés financiers mises à la disposition des investisseurs et des entreprises, à travers l’adoption un certain nombre de mesures d’encouragement fiscales en vue du recours à la titrisation, la mobilisation de l’épargne longue à travers les OPCI. - Renforcement de l’emploi à travers : . la création de 23 768 postes budgétaires, qui s’ajouteront aux 11 000 postes nouvellement créés au profit des Académies régionales d’éducation et de formation dans le cadre de l’emploi des cadres d’enseignement au moyen de contrats. Cette opération s’est traduite par l’emploi de 10 929 enseignants retraités qui exercent dans différentes écoles à travers le Royaume. Le coût global de cette opération a atteint plus de 1 milliard de dirhams.Le renforcement du rôle des régions et collectivités territoriales dans le soutien à l’emploi donnera une dynamique plus forte à la stratégie que le gouvernement compte mettre en œuvre dans ce domaine. Cette dynamique englobera la réalisation ‘un équilibre dans le développement des régions à travers le lancement des plans de développement régionaux, la mise en œuvre des outils de distributions des importantes ressources financières qui seront transférées aux régions et atteindront 10 milliards de dirhams à l’horizon 2021, et ce en plus de faire du modèle de développement des provinces du Sud un exemple pour la mise à niveau et le développement des autres régions du Maroc. La mise en oeuvre du programme de réduction des disparités sociales et spatiales dans le monde rural et régions éloignées et enclavées et qui bénéficiera d’une enveloppe de 50 milliards de dirhams constituera un départ pour asseoir et renforcer la convergence et la complémentarité des politiques sociales dans la continuité de l’Initiative nationale de développement humain. L’une des priorité est la mise en place d’une base de données unifiée qui permettra l’observation des catégories pauvres et vulnérables en vue de leur ciblage avec plus d’équité et d’efficacité. Le projet de loi de finances constitue le cadre de mise en oeuvre des engagements du gouvernement en considération du fait qu’il est l’un des instruments essentiels structurants de l’action gouvernementale et un outil financier et juridique accompagnant les réformes adoptées dans tous les domaines. Le ministre a précisé que la plupart des dispositions du projet de loi de finances 2017 sont en cours d’exécution au moyen de décrets pris à cet effet, en attendant la préparation et la présentation le projet de loi de finances 2018 qui sera le départ effectif de mise en oeuvre du programme du gouvernement. Le projet de loi de finances 2017 s’articule autour de quatre axes essentiels 1 – Accélération de la mutation structurelle de l’économie nationale à travers la focalisation sur l’industrialisation et l’export 2- Renforcement de la compétitivité de l’économie nationale et promotion de l’investissement privé 3 – Qualification du capital humain 4 Renforcement des outils de gouvernance institutionnelle Le projet de loi de finances se réfère aux hypothèses retenues lors de sa préparation l’année dernière : - Réalisation d’une croissance du PIB de 4,5% - Réduction du déficit budgétaire à 3% du PIB Maitrise de l’inflation dans la limite de 1,7%. Eu égard aux évolutions ee la conjoncture nationale et internationale constatées depuis la ^préparation de ce projet de loi de finances, il est attendu que ces hypothèses soient révisées au milieu de l’année en cours et, en particulier, le taux de croissance qui, selon toutes les prévisions pourrait être revu à la hausse. Les principales mesures contenue dans ce projet de loi de finances sont comme suit : - Consolidation de la dynamique de l’investissement public à travers une enveloppe de 190 milliards de dirhams, en vue de la poursuite de la réalisation des grands chantiers d’infrastructure et la dynamisation des stratégies sectorielles - Renforcement de l’investissement privé à travers : - le dynamisation du programme de réforme de l’investissement dont les grandes lignes ont été présentées à Sa Majesté le Roi, et en particulier en ce qui concerne la restructuration des instance en charge de la promotion de l’investissement et la prise de mesures d’encouragement pour soutenir les investisseurs et les entreprises expotratrices et ce en : . permettant aux entreprises industrielles nouvellement crées de bénéficier d’une exonération total de l’impôt sur les sociétés durant cinq années .élargissant le champ des privilèges accordés aux exportateurs pour qu’il intègre les entreprises qui exportent indirectement - Poursuite de la modernisation du secteur financier à travers la diversification des instruments et des marchés financiers mises à la disposition des investisseurs et des entreprises, à travers l’adoption un certain nombre de mesures d’encouragement fiscales en vue du recours à la titrisation, la mobilisation de l’épargne longue à travers les OPCI. - Renforcement de l’emploi à travers : . la création de 23 768 postes budgétaires, qui s’ajouteront aux 11 000 postes nouvellement créés au profit des Académies régionales d’éducation et de formation dans le cadre de l’emploi des cadres d’enseignement au moyen de contrats. Cette opération s’est traduite par l’emploi de 10 929 enseignants retraités qui exercent dans différentes écoles à travers le Royaume. Le coût global de cette opération a atteint plus de 1 milliard de dirhams.

La source : ici